Anastasia, Dubaï

July 28, 2016

 

Elle est une représentation malgré elle d'une certaine forme d'idéal de féminité, un fantasme, un modèle pour bon nombre de générations dans une époque pas si lointaine et glorieuse où le métier était source de rêve, d'aventure, de modernité technologique et de réussite sociale. Elle n'est pas à l'opposée de tout ça car son employeur l'a sélectionnée pour continuer à véhiculer cette image de perfection, mais si elle a bien eu ce rêve pendant un temps, elle se présente en contraste désormais.

Anastasia aurait pu être princesse de contes de fées mais elle est hôtesse de l'air pour une compagnie des Émirats, l'une pour ne pas dire la meilleure au monde, et réalise son "rêve" depuis une demie année après avoir obtenu son précieux Certificat de formation à la sécurité qui prouve ses capacités physiques et psychologiques.


Dans l'inconscient culturel (celui de la série télé PanAm), habillée de son uniforme glamour, d'une coiffure millimétrée et portant le parfait rouge à lèvres invariable, elle « flotte », quelque part entre ciel et terre, change de pays (forcément exotiques) chaque jour et ne vous susurre que des douceurs dans toutes les langues avec un sourire toujours parfait.

La réalité se tient dans la banalité répétitive de cette question : "Voulez-vous du bœuf ou du poulet ?", c'est également ce même rouge à lèvres qu'elle s'amuse parfois à ne pas remettre par provocation ou le petit tatouage qui pointe parfois de sa manche sans qu'elle ne cherche à le dissimuler, des signes très léger toutefois car le moindre écart peut entraîner un licenciement (comme ce pilote d'avion remercié pour ne pas avoir porté sa casquette lors d'une vérification de son appareil). Elle travaille d'ailleurs dans l'une des rares compagnies à avoir également une formation dans le maquillage et l'habillement. De l'autre côté, ce sont ces personnes alcoolisées ou à l'hygiène parfois douteuse qui lui manquent de respect mais qu'elle est dans l'obligation de gérer. Enfin, le rêve du voyage dans l'imaginaire collectif, c'est celui de l'expérience dans le pays inconnu tandis que pour la jeune hôtesse, son métier de services consiste surtout à passer des milliers d'heures dans une boite à sardines volante à porter des bas de contention.

 

Dans les faits, elle voyage certes, constamment autour de la planète tout en étant basée à Dubaï où elle a un logement de fonction. Mais sa mission consiste surtout à assurer la sécurité et un service sans faille dans l'espace confiné et parfois chaotique d'un avion (même si sur cette luxueuse compagnie qui n'a jamais subi de crash, elle vole dans des appareils ultra modernes et tout confort), pendant des semaines loin de sa famille, son amoureux qui vit à Paris ou ses amis. Elle s'inspire peut-être de son père, voyageur sous une autre forme, régulièrement absent car marin sur un bateau de la marine marchande. Un autre standard, une toute autre aventure !

D'origine nordiste par sa mère et... croate par son père (elle parle trois langues du coup : français, anglais et croate mais pas l'arabe), Anastasia est une jeune femme naturelle, sociable, facile à vivre, aux plaisirs simples mais qui possède une légère tendance à vouloir se rebeller contre les conventions, notamment celles rigides de son métier. Un peu déçue de voir une réalité pas forcément à la hauteur de ses attentes, elle ne fera peut-être pas pour ces raisons une longue carrière dans l'uniforme à la coiffe rouge. Mais en attendant, elle compte profiter de ses avantages pour visiter les pays (forcément exotiques) qu'elle ne connaît pas encore.

 

Please reload