Mathilde, Chevreuse

July 18, 2016

 

Pour aller jusqu'à sa charmante et méconnue ville de Chevreuse avec son château fort du XIè siècle et ses petits canaux, vous pouvez prendre comme moi les transports en commun. Le rapide et fiable RER B vous emmène à une heure de Paris et vous descendez alors au terminus pour tomber nez à nez avec un troupeau de vaches! Un rêve, à portée de mains donc pour qui souhaite fuir rapidement le stress et la pollution de la capitale, mais pas forcément quand on sort de l'adolescence en y ayant vécu toute sa vie comme Mathilde.

 

Mathilde est tout ce que vous percevez de prime abord : une petite blonde aux yeux bleus, mignonne et douce, souriante, jeune et sportive. "On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans" nous écrivait Rimbaud et on le croit volontiers surtout quand on a déjà eu dix-sept ans... depuis dix-sept ans. Dix-sept ans, l'âge où tout est possible et où l'on rêve sa vie d'adulte, celle qui commence après le rituel du bac. Et puis en fait non, quand on a dix-sept ans et son bac en poche et que l'on a un an de moins que ses amis, on peste. Et c'est un problème. Important. Après le reste n'est que détail. Quoique...

 

Elle aimerait aller planter la tente dans les bois afin d'écouter le brame du cerf. Pour nombre d'entre vous c'est une idée rangée dans un tiroir de l'esprit. C'est peut-être accessible, mais il faut faire un certain effort. Pourtant le souci de Mathilde n'est pas tellement d'entendre le cerf puisqu'il se situe à quelques centaines de mètres de sa maison dans la forêt de Chevreuse. Bon certes, elle peut l'entendre de chez elle. Elle peste encore mais elle prend son mal en patience.

 

La jeune bachelière souhaiterait voyager loin des vaches et des cerfs, elle a le rêve américain. New York et ses gratte-ciels sont un classique et elle n'est pas très différente en cela des autres adolescentes de son âge. En outre, elle sait qu'elle s'envolera bientôt pour la «grosse pomme», c'est prévu mais quand? Ce sera en période creuse dans tous les cas et elle s'en réjouit d'avance même si elle doit encore attendre un peu... En attendant, Mathilde revient de Rome où elle a passé quelques jours fin décembre et où elle a eu la surprise d'aller à la basilique St Pierre et même l'honneur de rencontrer le pape François en personne le lendemain de Noël. Cette rencontre fit d'ailleurs l'objet d'un article dans Le Parisien vingt quatre heures plus tard. Elle n'est pas peu fière de me montrer la photo prise avec le Saint Père mais ne l'a pas communiqué sur les réseaux sociaux, elle préfère se faire discrète sur le sujet, c'est dans sa nature.

 

Ni au-dessus, ni en-dessous, ni différente, elle se voit comme les autres, tout simplement. Ceci dit les conditions chaotiques dans lesquelles elle a réussi à obtenir son bac du premier coup relèvent du miracle (ou d'une grande force de caractère?) quand votre rédacteur s'y est pris à deux fois dans des conditions pourtant idéales

Cette nouvelle année 2016 est importante pour Mathilde. Elle qui s'est beaucoup ennuyée ces douze derniers mois devant la télé-réalité et les mêmes d'internet, mais pas devant Top Chef qu'elle adore ou les Grand Prix moto qu'elle suit avec son père. Ce quotidien planifié, vide de plaisir mais pas de souffrance, elle voudrait qu'il change. Fort heureusement cela devrait être bientôt le cas et son sourire le prouve. Elle projette ainsi d'étudier en médecine l'an prochain sur Paris avec pour objectif des études de kinésithérapie. Pour l'année qui vient, elle projette également d'obtenir le permis, elle qui roule déjà en Twizy (voiture sans permis) malgré ses béquilles. Par ailleurs, comme nombre d'entre vous après les fêtes, elle souhaiterait reprendre le sport mais ce sera sans doute difficile désormais, et fait vœux d'arrêter de fumer, comme bien des fumeuses...

Mais à dix-sept ans, Mathilde a déjà défait un cancer des os, il n'y a aucune raison de le combattre à nouveau.

 

Please reload